Le FLNKS valide sa stratégie pour les provinciales, des noms circulent, LNC 01.04.2019

Le FLNKS valide sa stratégie pour les provinciales, des noms circulent, LNC 01.04.2019

Une liste unitaire dans le Sud, deux listes dans le Nord, tout comme dans les îles Loyauté : la tactique du FLNKS en vue des élections provinciales a été validée lors de son 37e congrès.Plus de 400 responsables et militants des composantes du FLNKS ont assisté samedi en matinée au discours d’ouverture du 37e congrès à Ko We Kara.Recherche des équilibres, propositions de compromis… Le FLNKS est en plein exercice. Le 37e congrès du Front, tenu samedi à Ko We Kara à Nouméa, intégrait au moins une double ambition. Tout d’abord, regrouper responsables et militants des quatre composantes politiques, échanger, se coordonner. Un autre pan du programme invitait aussi à « définir une stratégie pour gagner les élections provinciales de 2019, l’objectif étant de déclencher une dynamique de victoire pour la deuxième consultation référendaire » a affirmé, dans son mot d’ouverture, Daniel Goa, porteparole de la coalition indépendantiste. Autrement dit, l’échéance du 12 mai, et la volonté de décrocher la majorité au Congrès, sont appréciées comme « une étape avant 2020 » ajoute Pascal Sawa, de l’Union calédonienne. Avec, en tête des principaux thèmes défendus, la lutte contre les inégalités.Une idée motrice guide la démarche : accroître le nombre de sièges indépendantistes dans le Nord et dans le Sud et conserver la totalité des fauteuils aux Loyauté. Des objectifs chiffrés ont été évoqués à Ko We Kara, et ce, afin d’atteindre, au final, au moins 28 conseillers sur 54 au Congrès. Dessinée le 14 mars à Dumbéa, la tactique a été validée samedi.PAS DE LA DIVISIONDans le Sud, comme prévu, une liste unitaire sera engagée autour du Front. Dans le Nord, tout comme aux Loyauté, se présenteront deux listes – Union nationale pour l’indépendance (UNI) et Union calédonienne (UC-FLNKS). Une méthode pour « ratisser large » , « donner le choix à la démocratie » explique Pascal Sawa. Toutefois, la stratégie a soulevé, à l’image de la discussion au sein de l’UC il y a une semaine à Houaïlou, « un débat ardu » note Victor Tutugoro, président de l’UPM. Des militants souhaitant une liste autour du FLNKS dans ces deux provinces, afin de maintenir la cohésion en vue de 2020, année probable du deuxième référendum. « Il a fallu expliquer. Ce n’est pas de la division, au contraire. C’est une démarche unitaire, parce que concertée » .Les listes doivent accueillir des candidats, désormais. Une affaire qui prend du temps. Aucune révélation ce week-end. Dans le Sud, pour tirer la liste, le nom de l’UC Roch Wamytan, comme en 2014, circule. Tout comme celui de l’UNI Louis Mapou, qui pourrait être accompagné d’Ithupane Tieoue. Les échanges se poursuivent. Des cadres de la Dynamik unitaire Sud ou encore des personnalités dites d’ouverture, sont attendus. Des membres du Mouvement néo-indépendantiste souverainiste (MNIS) frappent à la porte.Dans le Nord, Daniel Goa s’inscrit a priori en chef de file de l’UC. Tandis que, dans le groupe de l’UNI, des responsables poussent à nouveau la candidature de Paul Néaoutyine. « C’est la proposition du Palika. Il y a une démarche auprès de l’UPM et de l’UNI pour configurer totalement la liste » signale Charles Washetine dont le nom a été avancé par un comité régional pour diriger les troupes Palika aux Loyauté.« Rien n’est arrêté » . Les places devraient être attribuées « en fin de semaine » .Du côté de l’UC des Îles, le poste de leader reviendra très certainement à Jacques Lalié. Le dépôt des listes de candidatures doit intervenir entre le lundi 15 et le mardi 23 avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *