Jour : 12 avril 2019

Exposé des filières économiques d’avenir, alternatives au nickel selon ACT, NC1ère 12.04.2019

Martine Cornaille, à Dumbéa, a développé son projet, basé sur ces axes : le nickel, la gouvernance,l’environnement,la parité ou encore une réglementation plus libérale du cannabis. La production et la commercialisation de marijuana au THC contrôlé, seraient gérées par une régie publique.Elle a convaincu. Même s’il n’y avait pas foule ce jeudi soir. Martine Cornaille a présenté son programme politique et il plaît bien. Sur la gouvernance, elle veut rendre le pouvoir aux citoyens, supprimer à long terme les partis politiques et instaurer un mixte de la représentation au plus haut des instances.Le nickel ne serait plus la star de l’économie Calédonienne. Elle serait remplacée par des filières d’avenir. Explications au micro de Jeannette Peteisi.Martine Cornaille prône aussi la parité avec l’adoption d’une loi générale sur le sujet. Le congé paternel deviendrait obligatoire au même titre que le congé maternel. Création également d’une réglementation sur le rattrapage salarial.Et pour financer la santé publique, elle voit l’organisation d’une filière de production, de commercialisation et de distribution de cannabis réglementée qui permettrait de financer les campagnes de prévention de santé, notamment pour une «Calédonie sans tabac horizon 2030».«Si la culture et la commercialisation se fait dans le cadre d’une régie publique,comme nous le proposons, il y aura des taxes affectées à ce produit,et le produit de ces taxes, permettra de financer les campagnes de prévention,et bien sûr aussi,les établissements de soins qui font cruellement défaut en Nouvelle-Calédonie».Une filière réglementée et lucrativeSelon un article du l’agence france presse (AFP) , après l’Uruguay en 2013 (recette de 10 à 13% sur l’herbe), le Canada légalise le cannabis en octobre 2018. Il devient le deuxième pays à autoriser la vente libre de marijuana, avec l’objectif avoué de faire disparaître le marché noir.Au Canada, l’usage thérapeutique, lui était autorisé depuis 2001 et l’usage récréatif était légal au 1er juillet 2018. L’État fédéral prévoit de garder 25 % des recettes fiscales, laissant le reste aux provinces et collectivités territoriales.> Recettes fiscales pour les provincesLe gouvernement a voulu permettre à chaque province d’organiser le commerce de l’herbe. Chaque région a retenu sa propre recette pour organiser ce marché juteux, évalué à environ 477 milliards Fcfp (4 milliards d’euros) par an.> Deux ans de travail sur la législationJustin Trudeau répète que la légalisation doit permettre de restreindre l’accès de cette drogue douce aux mineurs et « enlever l’argent des poches des organisations criminelles ».La loi fédérale permet aux adultes de posséder jusqu’à 30 grammes de cannabis légal séché en public, d’acheter ladite substance dans un établissement régi par l’État et de cultiver jusqu’à quatre plants par résidence.> Un produit d’exportation pour Israël et l’AustralieSelon l’AFP, l’Australie a annoncé jeudi 4 janvier 2018, avoir l’intention de devenir le quatrième pays dans le monde à autoriser les exportations de cannabis à usage médical, et de s’octroyer ainsi une part d’un marché estimé à 55 milliards de dollars.Selon un article de l’AFP, Israël a autorisé l’exportation de cannabis à usage médical en décembre 2018. Les agriculteurs israéliens vont désormais pouvoir exporter du cannabis à usage médical, à condition d’obtenir un permis du ministère de la Santé, de la police et de l’autorité de contrôle des producteurs.Les exportations pourraient rapporter 28 milliards Fcfp (234 millions d’euros) par an à Israël, selon des estimations du Parlement.​​​​​​​> Nouvelle-Zélande : un référendum en 2020En décembre 2018, le gouvernement de Nouvelle-Zélande a annoncé qu’un référendum sur la légalisation du cannabis à usage récréatif serait organisé en 2020 en même temps que les législatives.

Pages Facebook NC1ère et Gendarmerie Nationale – « contrôles Cafat/ usagers – travail dissimulé » 11.04.2019

[ILE DES PINS] Plusieurs contrôles ont été effectués les 10 et 11 avril 2019 par la gendarmerie de l’#îledesPins avec le concours diverses administrations comme la #CAFAT, la Police aux frontières #PAF, l’Inspection du Travail et la #DITTT.Ces contrôles ont été réalisés plus particulièrement auprès des commerces, des acteurs du secteur touristique et des transports.Plusieurs infractions dans le domaine la police des transports et plus particulièrement concernant les #VRP et #VLC (défaut de contrôle technique – défaut assurance – défaut de carte professionnelle – carte orange) ont été relevées.L’action des services a permis d’ouvrir enfin 7 procédures pour travail dissimulé.©GendarmerieNCILE DES PINS #KuniePlusieurs contrôles ont été effectués les 10 et 11 avril 2019 par la gendarmerie de l’#îledesPins avec le concours diverses administrations comme la #CAFAT, la Police aux frontières #PAF, l’Inspection du Travail et la #DITTT.Ces contrôles ont été réalisés plus particulièrement auprès des commerces, des acteurs du secteur touristique et des transports.Plusieurs infractions dans le domaine la police des transports et plus particulièrement concernant les #VRP et #VLC (défaut de contrôle technique – défaut assurance – défautde carte professionnelle – carte orange) ont été relevées. L’action des services a permis d’ouvrir enfin 7 procédures pour travail dissimulé.Photo DR Gendarmerie

Programme de Calédonie Ensemble pour les provinciales, « Cafat / usagers » NCPRESSE 12.04.2019

Un programme en partage (Communiqué de presse de Calédonie Ensemble)Un programme co-construit avec les Calédoniens dans le cadre d’une consultation citoyenne inéditeNotre programme pour les élections provinciales a la particularité d’avoir été co-construit avec le peuple calédonien. Tous les représentants de la société civile se sont exprimés dans le cadre de la grande consultation citoyenne que nous avons menée du 28 février au 31 mars.La tête de liste n’est pas encore connue à ce jour.2 434 syndicats, organisations professionnelles, associations ou simples citoyens nous ont fait remonter leurs propositions par différents canaux. Cette matière nous a été très précieuse pour construire nos propositions d’actions pour la prochaine mandature.Un programme qui souligne l’enjeu majeur du scrutin : pour un référendum d’avenir partagé au lieu des deux référendums d’avenir opposéC’est-à-dire la responsabilité immense de devoir négocier la sortie de l’accord de Nouméa, dernière séquence politique d’un processus de décolonisation et d’émancipation de la Nouvelle-Calédonie au sein de la République, engagé depuis la poignée de mains entre Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou en 1988. C’est pourquoi, nous jugeons inutile et dangereux, l’organisation de 2 nouveaux référendums en 2020 et 2022 qui seront sources de tensions sociales et ethniques et d’attentisme économique. Nous entendons privilégier le dialogue avec les indépendantistes, dès le lendemain du 12 mai, afin de construire un consensus sur un référendum d’avenir partagé au lieu des deux référendums d’avenir opposé prévus par l’accord de Nouméa.Un programme construit sur des propositions sérieuses et réalistesToutes les mesures que nous vous proposons ont été évaluées au plan de leur faisabilité juridique et financière. Ce sont des propositions précises et concrètes destinées à répondre aux attentes exprimées par les Calédoniens.Un programme de réformes pour un pays sûr, juste, durable, développé et citoyenUn pays sûr grâce notamment à une politique de prévention accrûe de la délinquance via la responsabilisation des parents et des autorités coutumières (création d’un service civique obligatoire avec encadrement militaire pour tous les décrocheurs scolaires dès l’âge de 16 ans, création d’une peine citoyenne de réparation à l’encontre des parents défaillants et déploiement des TIG en milieu coutumier).Un pays juste grâce à l’augmentation du pouvoir d’achat des Calédoniens (revalorisation des salaires de 1 à 1,5 SMG, obligation d’un accord d’intéressement pour les entreprises de plus de 50 salariés, couverture complémentaire santé obligatoire, création d’une allocation petite enfance et familles monoparentales, accesssion des classes moyennes aux bourses), au renforcement dudispositif de priorité à l’emploi local, à la création d’une garantie de 1ère expérience professionnelle pour les diplômés de l’enseignement supérieur, à l’accession à la propriété de leurs logement pour les locataires d’un logement social, à l’instauration d’une agence de garantie de paiement des pensions alimentaires.Un pays durable par la couverture à 100% des besoins électriques en énergie renouvelable dès 2025, la création d’un ticket-transport au profit des salariés et d’une police des déchets.Un pays développé au plan minier et métallurgique (instauration d’une redevance d’extraction minière affectée à un fonds pour les générations futures), au plan agricole (création d’une filière OCEF de produits vivriers, d’une aide à la transition agro-écologique, sécurisation du foncier privé et développement de l’irrigation), au plan touristique (ouverture d’une nouvelle ligne aérienne via Hong- Kong, implantation d’une compagnie low-cost, implantation d’une tête de ligne croisières en Nouvelle- Calédonie).Un pays citoyen par l’inscription des éléments remarquables de la culture kanak au patrimoine immatériel de l’UNESCO, la valorisation des cultures urbaines, la commémoration du 26 juin – date anniversaire de la signature des Accords de Matignon -, l’ouverture du musée à l’ensemble des cultures du pays, l’ouverture gratuite des infrastructures sportives le soir et le week-end, la garantie du financement des associations sportives et la modernisation de l’administration.Tel est le projet que nous portons pour le peuple calédonien. Tel est le projet que nous portons pour notre pays.Le programme a été présenté en conférence de presse, par thématique par les personnes suivantes:1. Sécurité : Philippe Michel- Peine citoyenne de réparation à l’encontre de parents défaillants2. Economie : Philippe Dunoyer- Augmentation des bas salaires et obligation d’intéressement3. Santé-social-handicap : Philippe Dunoyer- Allocations familiales petite enfance et familles monoparentales4. Enseignement : Hélène Iékawé- Service civique obligatoire calédonien à encadrement militaire5. Jeunesse : Annie Qaeze- Garantir l’emploi local et l’emploi des jeunes diplômés6. Logement : Sutita Sio-Lagadec- Permettre aux locataires du parc social de devenir propriétaires de leur logement7. Femmes : Charlène Soerip- Soutenir les mères de familles en créant une agence de pensions alimentaires au sein de la CAFAT8. Environnement : Nina Julié- Assurer la conversion énergétique du pays & autosuffisance énergétique des Iles9. Nickel : Philippe Michel- Instaurer la redevance d’extraction minière + fonds pour les générations futures10. Agriculture : Nicolas Metzdorf- OCEF (produits vivriers) et foncier agricole11. Tourisme : Martine Lagneau- Implantation d’une low-cost et ouverture d’une ligne Hong-Kong/Paris12. Culture : Léonard Sam- Inscription des éléments remarquables de la culture kanak au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO13. Sports : Dominique Molé- Ouverture des infrastructures sportives le soir et le week-end14. Gestion des institutions : Philippe Dunoyer- Poursuivre la politique de rigueur budgétaire (citations AFD + CTC)Source CE

Le premier guide de l’aidant vient de paraître, « Cafat – Santé » LNC 12.04.2019

C’est une première. Le Centre communal d’action sociale de la ville vient d’éditer un guide de l’aidant. Celui-ci s’adresse aux personnes qui accompagnent des gens âgés. Cet outil répertorie les différentes institutions, les professionnels et les associations qui oeuvrent dans ce domaine. Il présente également des témoignages sur les difficultés du quotidien auxquelles sont confrontés les aidants. Le guide leur prodigue des conseils et des informations en tous genres. Il est disponible à l’hôtel de ville, à l’accueil du CCAS, au CHS, à la DPASS ainsi qu’au Lion’s club Nouméa Doyen qui ont également contribué à sa réalisation.

Le président du gouvernement veut prendre du recul dès la fin de son mandat, NC1ère 12.04.2019

Dans une vidéo publiée ce jeudi soir vers 21h sur son profil du réseau social, Philippe Germain explique, sur un ton solennel, durant 3 min 29 son souhait de prendre du recul et d’accorder du temps à sa famille dès qu’il aura quitté ses fonctions de président du gouvernement dans quelques semaines.A un mois des élections provinciales du 12 mai, Philippe Germain annonce son retrait de la vie politique. Et c’est sur sa page facebook que sa déclaration a été filmée et publiée vers 21h ce jeudi 10 avril. Il ne devrait pas se représenter sur la liste de Calédonie Ensemble pour la prochaine mandature. Philippe Germain le président du gouvernement est actuellement au Vanuatu pour parler coopération régionale : accord commercial bien sûr mais aussi transport aérien.« Il s’agit d’un choix personnel. C’est un choix courageux et responsable »Philippe Dunoyer, député« Il s’agit d’un choix personnel » a confirmé, le député Philippe Dunoyer, qui était l’invité de la matinale radio NCla1ere à 7h ce vendredi 12 avril. Philippe Dunoyer, porte parole du parti Calédonie Ensemble présentait notamment le programme de son mouvement pour les provinciales. « C’est un choix courageux et responsable » a-t-il affirmé.Philippe Germain dresse un bilan de son action à la tête de l’exécutif, il remercie collaborateurs et adversaires politiques et il s’exprime sur la sortie de l’Accord de Nouméa.Voici son discours publié dans une vidéo ce jeudi vers 21h sur son profil facebook.Le bilan de son mandat de 4 ansJe vous adresse ce message pour vous dire combien j’ai été honoré et heureux de servir la Nouvelle-Calédonie pendant ces 4 dernières années.A la tête de l’exécutif, je me suis employé à redresser les comptes du pays, comme je me suis efforcé d’amortir la crise majeure du nickel que nous traversons depuis 2015.Notre gouvernement a également porté des réformes que je crois importantes et structurantes en faveur de la jeunesse, de l’économie, de la fiscalité, de la protection sociale, ou de notre environnement.Je suis conscient que les bénéfices de ces politiques ne sont pas encore tous visibles, que certaines mesures n’ont pas été comprises, et que beaucoup de choses restent à faire.Mais réformer le modèle économique et social, faire évoluer les mentalités, nécessitent du temps. Sachez en tout cas, que j’ai mis toutes mes convictions dans ce que j’ai fait avec la volonté de servir l’intérêt général.Les remerciementsJe tiens à saluer les membres du gouvernement pour leur action et leur soutien et plus particulièrement notre vice-président Jean-Louis d’Anglebermes, deuxième pilier de notre gouvernement proportionnel, collégiale et solidaire.Je remercie également les directions, les agents de la Nouvelle-Calédonie qui n’ont pas ménagé leur peine pour accompagner l’action du gouvernement.Mes remerciements vont aussi aux groupes politiques du Congrès qui nous ont soutenus en votant la totalité des réformes proposées ainsi qu’aux présidents de provinces avec qui nous avons parfaitement coopéré.Je n’oublie pas non plus les partenaires sociaux qui ont largement contribué au travail accompli même si cela n’a pas toujours été simple.Et enfin, je veux surtout remercier mon cabinet, tous mes collaborateurs, chacun d’entre eux, sans qui je n’aurais pas pu conduire mon action au service du pays.Prendre du recul à la fin de son mandatAu terme de ce travail éprouvant mais passionnant, il m’appartient aujourd’hui de prendre du recul et d’accorder plus de temps à ma famille, qui a accepté de faire avec moi, le sacrifice qui incombe à la fonction.Ce n’est pas sans quelques émotions que je quitterai dans quelques semaines la présidence du gouvernement. Mais je le ferai avec le sentiment d’avoir exercé la plus belle des missions, celle de servir son pays.La fin du processus démocratique d’émancipationPendant toute la mandature, ma fonction ne m’a pas permis de m’exprimer sur les questions politiques et institutionnelles. Vous me le permettrez aujourd’hui.La Nouvelle-Calédonie est engagée depuis 1988 dans un processus démocratique d’émancipation qui est une chance pour notre petit territoire.Nous arrivons à son terme. Et il appartiendra à ceux qui ont reçu la légitimité des urnes, d’écrire la suite.Des hommes de paix et de dialogueJe souhaite pour la Nouvelle-Calédonie que nos représentants soient à la hauteur de nos aînés: Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou. Qu’ils soient des hommes de paix et de dialogue pour qu’ensemble, indépendantistes et non-indépendantistes, kanak et non kanak, calédoniens de toutes origines sociales, nous poursuivions le chemin du vivre ensemble, que je souhaite pour ma part au sein de la République.Notre pays est riche de sa diversité, de son patrimoine, naturel, culturel et historique, alors soyons capables de bâtir un modèle de société à son image.