Appel aux dons du sang dans un contexte d’épidémie : les précautions, « Cafat / santé » LNC 18.04.2019

Appel aux dons du sang dans un contexte d’épidémie : les précautions, « Cafat / santé » LNC 18.04.2019

Entre l’épidémie de dengue 2, et la mission de chirurgie cardiaque au CHT menée par une équipe de l’Institut Montsouris (un hôpital mutualiste parisien), la demande en poches de sang, en constante augmentation, a grimpé ces derniers jours. « Donner son sang, c’est réaliser un acte gratuit qui peut sauver des vies, rappelle le Centre de don du sang (1 bis rue d’Austerlitz). En Nouvelle-Calédonie, plus de six mille dons du sang sont nécessaires chaque année pour assurer la survie des malades et des blessés auxquels il manque un composant sanguin. » Tous les groupes sanguins sont les bienvenus.SYMPTÔMES SUSPECTSCependant, si dans les 15 jours qui suivent le don, une infection se déclare et « même si ellevous paraît banale » (fièvre, vomissements, diarrhées, courbatures, malaise, etc.), n’hésitez surtout pas à prévenir le centre au numéro vert 055 100. Il se peut en effet que le don se soit produit pendant la phase d’incubation, d’autant qu’il y a aussi des cas de dengue asymptomatiques. « On traite en fonction du cas, mais si la personne se sent fiévreuse le lendemain, ou le surlendemain, on peut être amené à détruire la poche pour éviter de fairecourir un risque au patient » préciseFrédéric Touzain, chef du service de transfusion sanguine.Pour rappel, si vous avez entre 18 et 70 ans, si vous êtes en bonne santé, et que vous pesez au moins 50 kg, vous pouvez donner votre sang en vous rendant au centre de don du sang, au pied des tours Pacifique Arcade, tous les matins du lundi au jeudi, de 7 h 15 à 14 heures, et le vendredi ainsi que la veille des jours fériés de 7 h 15 à 12 heures.Notez également que depuis trois mois, une dizaine de places (marquage rouge au sol) sur le parking de l’ancien CHT Gaston-Bourret sont strictement réservées aux donneurs.Ces derniers se voient effectivement remettre un autocollant leur permettant d’éviter une verbalisation de l’ordre de 15 000 francs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *