– Zoom sur l’alternance, LNC 10.10.2019

– Zoom sur l’alternance, LNC 10.10.2019

NSERTION. Le centre de formation de l’artisanat ouvrait ses portes, hier, à Nouville, pour faire découvrir les métiers en alternance. Session de rattrapage en vue des inscriptions.
Quand s’inscrire ?
La rentrée pour la promotion 2020-2021 est prévue en mars. Il est donc possible de s’inscrire au CFA jusqu’en février. Sauf que le plus tôt est le mieux, notamment pour des métiers très demandés comme la mécanique, la coiffure ou encore l’électricité, mais aussi pour être sûr de trouver un employeur dans les temps.

A noter que les candidats doivent au préalable passer des tests de mathématiques et de français, de niveau quatrième. Au total, 164 places sont ouvertes pour cette promotion.

Comment cela fonctionne-t-il ?
La formation en alternance dure deux ans, à raison de trois semaines en entreprise et une semaine au CFA par mois. Durant cette semaine, les alternants suivent autant de cours pratiques que théoriques. Elle est ouverte à tous à partir de 16 ans et sans limite d’âge.

Quels métiers ?
Le CFA propose de se former aux métiers suivants : boucherie, boulangerie, pâtisserie, électricité, coiffure, froid et conditionnement d’air, bâtiment et rénovation, menuiserie, esthétique, plomberie et mécanique.

Deux nouveaux diplômes
Deux nouvelles formations sont proposées à la future promotion, dont un particulièrement innovant, en partenariat avec le RSMA. Ce diplôme de plomberie et énergies renouvelables proposera un parcours de formations mixte en trois étapes : six mois d’immersion dans le monde militaire à Koné et à Koumac, puis six mois de cours au CFA, mais toujours avec un statut de militaire, ce qui implique notamment un hébergement en caserne et des cours de sport. Enfin, ces jeunes suivront le parcours classique de l’alternance durant huit mois. « Ce qui est intéressant c’est que le public du RSMA est souvent plus éloigné de l’emploi que le nôtre, cela nous permet donc vraiment de capter ces profils et de les insérer dans un métier qui leur plaît », résume Ambre Niotou, responsable du pôle accompagnement au CFA.

L’autre nouveau diplôme concerne la menuiserie sur aluminium, née d’une demande des professionnels, qui peinent à recruter. Et pour l’instant, les candidats motivés ne se bousculent pas au portillon. Avis aux amateurs.

Secteurs porteurs, secteurs bouchés
« Quand une filière est bouchée, on l’arrête, annonce d’emblée Ambre Niotou. C’est ce qu’on a fait l’an dernier pour l’esthétique car les professionnels nous signalaient ne plus pouvoir embaucher. Après un travail de prospection, on a vu que le secteur a repris économiquement, donc on rouvre cette filière. » Parmi les secteurs les plus porteurs, les métiers de bouche restent une valeur sûre. Au contraire, le secteur du bâtiment et de la rénovation est encore frileux pour embaucher. « On maintient la filière car il y aura toujours des besoins, mais on reste très vigilants compte tenu du contexte économique », précise la référente accompagnement.

Les règles du jeu
Tous les alternants sont déclarés à la Cafat et ont un contrat de travail de type CDD. Leur rémunération dépend de leur âge et de leur année de formation, mais elle équivaut à 50 % du salaire minimum. Un jeune de moins de 21 ans en première année doit donc au moins gagner 76 284 francs par mois net. Car en échange, les employeurs sont exonérés de charges patronales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *