Catégorie : Non classé

Le projet Lucy reporté de deux ans, DNC 19.09.2019

La direction de Vale NC a annoncé par communiqué le décalage du projet Lucy. L’industriel a expliqué qu’en raison de volumes de production inférieurs aux prévisions pour les années 2019 et 2020, la construction de l’unité de filtrage et de pressage des résidus serait reportée de deux ans. Ce report permettra au métallurgiste d’étaler l’investissement de cet ouvrage sur cinq ans au lieu des deux ans et demi initialement prévus. Les contrats déjà passés avec les entreprises calédoniennes pour 2019 ne sont pas remis en question. Ils concernaient notamment la route d’accès et les terrassements. Le recours à la société portugaise, Mota Engil, est quant à lui annulé. L’industriel a également fait savoir qu’il travaille sur « une solution pérenne d’optimisation technique et économique du placement des résidus secs dans le futur hors KO2, préservant la forêt humide S2 (habitat d’intérêt patrimonial) ». Un changement de programme qui devrait attirer l’attention des associations de protection de l’environnement et susciter quelques inquiétudes du côté des collectivités. Les 52 milliards de francs d’investissement prévus étaient presque inespérés pour les collectivités dont les marges de manœuvre sont extrêmement limitées.

M.D.

©Vale

Le Proxibus stationne sur le parking de l’école Courtot aujourd’hui, LNC 19.09.2019

Le Proxibus accueille à son bord des associations différentes tous les jours. Aujourd’hui, jeudi 19 septembre, le véhicule, qui sera stationné sur le parking de l’école Marie-Courtot, en face du cimetière, reçoit la Cafat. L’occasion pour les assurés de déposer des dossiers et d’effectuer d’autres démarches. Mais aussi l’association des diabétiques, dont un bénévole assure des tests de dépistage. De 8 heures à midi. Attention, le Proxibus n’assurera pas ses permanences les lundi 23, mardi 24 et jeudi 26 septembre. Derniers rendez-vous du mois le mercredi 25, à Petite Normandie, avec l’Adie de 9 heures à 16 heures, l’association des diabétiques, de 8 heures à midi, le CP2S, de 9 h 30 à 11 h 30, avant Trianon en présence du RSMA le vendredi 27 septembre, de 8 h 30 à 10 h 30.

– Le Proxibus stationne sur le parking de l’école Courtot aujourd’hui, LNC 19.09.2019

Le Proxibus accueille à son bord des associations différentes tous les jours. Aujourd’hui, jeudi 19 septembre, le véhicule, qui sera stationné sur le parking de l’école Marie-Courtot, en face du cimetière, reçoit la Cafat. L’occasion pour les assurés de déposer des dossiers et d’effectuer d’autres démarches. Mais aussi l’association des diabétiques, dont un bénévole assure…
Read more

Nickel calédonien : Vale décale le projet Lucy de deux ans, Outremers 360°, 18.09.2019 + Page Facebook

Vale NC a annoncé le report de l’érection de l’usine de filtrage-pressage de résidus, c’est-à-dire l’unité qui était destinée au filtrage, au pressage, et à solidification des résidus de l’usine hydrométallurgique du projet Lucy à 2021, rapporte le site RRB.
Un report qui serait justifié par des volumes de production en 2019 et 2020 moins importants que prévus. Ce décalage permet de lisser la séquence d’investissement sur 5 ans au lieu de deux ans et demi. Pendant trois ans, VALE NC continuera donc à utiliser la solution actuelle de stockage. Si les contrats passés avec des entreprises locales pour la réalisation d’une route d’accès et des terrassements dans le cadre de la construction de l’usine restent inchangés par ce report, l’opérateur annonce des ajustements pour d’autres contrats.

Le projet Lucy s’étalera sur cinq ans, LNC 19.09.2019 + Page Facebook et Twitter

NICKEL. L’usine du Sud produisant moins qu’attendu, Vale a décidé d’étaler sur cinq ans la construction de l’unité de pressage de résidus. Les contrats locaux ne sont en principe pas affectés.
Vale NC a annoncé hier que la construction de son usine de filtrage et de pressage de résidus ne se fera pas sur deux ans et demi, comme initialement prévu, mais sur cinq.

Apparemment pas de quoi inquiéter les entreprises calédoniennes, notamment celles du BTP, impliquées dans le projet, pas non plus les pouvoirs publics. Cette décision de ralentir le déroulement du chantier résulte de plusieurs circonstances. D’abord, l’usine métallurgique n’a pas eu le volume de production initialement escompté, et ce sera encore le cas en 2020. Ce qui signifie moins de rentrées financières. Ce qui signifie aussi une durée de vie plus longue de l’actuel système de stockage de résidus qui se remplit moins vite.

Dans ces conditions, Vale a choisi de « lisser » la construction et les investissements sur cinq ans. L’industriel affirme que les contrats locaux sont maintenus. Depuis le 9 septembre, une soixantaine de personnes de l’entreprise Dumez et des groupes de petites entreprises du Sud travaillent sur le terrassement.

Saturation ?
C’est la société portugaise Mota Engil qui est sacrifiée dans l’histoire. Elle devait débarquer avec une flotte importante de 80 engins de chantiers. Son contrat est annulé et, avec lui, certaines conventions de sous-traitance passées avec des entreprises locales.

Robert Attiti, président du « groupement momentané d’entreprises » de Yaté et du Mont-Dore ne s’inquiète pas outre mesure. « Nous allons discuter de l’étalement de certains travaux. Il y aura moins de gens sur le chantier, mais nous avons la perspective de cinq années de travail. »

Une inconnue tout de même. Le système de stockage actuel devrait être saturé dans trois ans. Si l’usine Lucy n’entre en service que deux ans plus tard, l’industriel va devoir trouver une solution transitoire qui n’agressera pas l’environnement.